Lex Persona > News > Décryptages > La confiance : au-delà des idées reçues
logo-lex-persona

La confiance : au-delà des idées reçues


Cela fait sans aucun doute partie des mots les plus souvent utilisés dans la publicité ou le marketing. La confiance est partout, dans les services à la personne, les assurances, les services bancaires et financiers, la téléphonie, l’alimentation, le tourisme… Il n’y a pas un secteur qui échappe à cette incantation souvent formulée comme une prière : faites-nous confiance !
Le mot est tellement usité qu’il en deviendrait presque galvaudé, dénaturé, vidé de sa puissance évocatrice. Et pourtant, ce n’est pas parce qu’il est si souvent employé que nous devons l’éviter.
Comme le précise le dictionnaire Larousse, la confiance renvoie au « sentiment de quelqu’un qui se fie entièrement à quelqu’un d’autre, à quelque chose » et il nous a semblé que cette seule évocation était d’une très brûlante actualité à une époque où les technologies de l’information de la communication continuent de bousculer nos habitudes et associent à la disruption une défiance instinctive.
Nous le savons tous, il est propre à la nature humaine de se satisfaire de ses confortables habitudes et de craindre la conséquence des bonds vers l’inconnu. A ce titre, la transformation digitale est puissamment anxiogène pour les organisations mais également pour les individus.
Si elle est porteuse d’innovation, de gains de productivité, d’efficacité décuplée, de puissance de traitement, d’accès facilité à la connaissance, elle est aussi marquée par le spectre d’un gigantesque point d’interrogation qui transporte bon nombre d’utilisateurs dans la plus grande des perplexités. Le législateur lui-même l’a reconnu en 2004 lorsqu’il s’est agi d’écrire cette fameuse « Loi pour la confiance dans l’économie numérique».
Nous le vivons tous les jours dans les discussions que nous avons avec nos clients et nos partenaires. L’avenir est un voyage hasardeux et le chemin ne se prend que lorsqu’un degré minimum de confiance est au rendez-vous. Mais nous sommes là face à quelque chose de totalement intangible et difficilement mesurable.
La confiance est tout sauf quelque chose d’objectif. C’est un sentiment et la particularité d’un sentiment est d’être flou, variable, relatif, subjectif,…
Pourtant, la raison d’être de Lex Persona depuis sa création il y a onze ans, à travers ses produits, ses solutions technologiques, est précisément de tout mettre en œuvre pour convertir ce sentiment en quelque chose de concret.
Nous fournissons des solutions et des services dits « de confiance » comme la génération d’identités numériques et la gestion de leurs référentiels, la création et la vérification des signatures électroniques, la création et la vérification de codes à barres d’authentification de documents,… Tout cela permet à nos clients et partenaires de créer les conditions d’une dématérialisation « en confiance » avec leurs propres clients, fournisseurs, partenaires, salariés et actionnaires.
Si pour beaucoup de gens, la confiance est devenue un poncif à force d’être mal ou trop invoquée, elle est pour nous un ADN, une valeur fondamentale sans laquelle l’ensemble de ce que nous créons n’aurait plus de sens.
C’est pour cela que nous avons décidé de consacrer notre conférence du 23 juin à cette ambition de « relever le défi de la confiance».
Nous aurons beaucoup de choses à vous montrer, de belles et prometteuses innovations, mais aurons aussi à cœur de vous démontrer que, grâce à nos technologies, la confiance est une réalité, qu’elle est à portée de main et qu’elle est de plus en plus facile à mettre en œuvre.