Lex Persona > News > Décryptages > L’identité numérique professionnelle, la sécurité des usages plutôt que l’usage de la sécurité
Lex Persona

L’identité numérique professionnelle, la sécurité des usages plutôt que l’usage de la sécurité


Le volume et la diversité des échanges électroniques contribuent chaque jour davantage à accroître le désir de sécurité et de confiance chez les utilisateurs. A l’heure où la création d’une adresse e-mail trompeuse est une affaire de quelques clics, et où s’inventer une fausse identité et donner l’illusion d’une compétence est d’une simplicité déconcertante, il est bien naturel de vouloir se rassurer et ce, de manière indiscutable.

Ce désir de sécurité et de confiance, certaines catégories de personnes doivent l’intégrer plus que d’autres : professionnels de santé, magistrats, avocats, notaires, militaires, fonctionnaires de police, etc.

Une profession particulièrement concernée par ces enjeux est au cœur de notre histoire, les Experts-Comptables, dont l’Ordre organisait son congrès annuel cette semaine et pour la première fois à Bruxelles, marquant ainsi la volonté de ses membres de revendiquer une dimension internationale.

La création de Signexpert, la signature électronique des Experts-Comptables, projet auquel Lex Persona a été associé dès son lancement en 2011, a été principalement motivée par la recherche d’une marque de sécurité et de confiance.

Mais les difficultés techniques inhérentes à un niveau élevé de sécurité, des usages balbutiants et des pratiques professionnelles très ancrées dans le papier ont freiné son adoption.

On constate cependant depuis ces deux dernières années une accélération très significative du nombre de clés Signexpert en circulation, et cette édition 2016 du congrès de l’Ordre confirme cette tendance.

La transformation digitale qui touche l’entreprise, impacte inévitablement son Expert-Comptable, qui doit dorénavant dématérialiser factures, bilans, situations prévisionnelles, plaquettes, bulletins de paie, etc. Les enjeux sécuritaires deviennent des prérequis à la fourniture de nouveaux services, quand il ne s’agit pas des contraintes fiscales ou administratives qui encadrent ces évolutions.

Aujourd’hui la clé Signexpert a enfin atteint son objectif : celui de sécuriser les documents produits par le cabinet d’expertise-comptable et les documents contractuels entre le cabinet et ses clients et de combattre de manière efficace l’exercice illégal de la profession, volonté affirmée de l’Ordre.

Pour les Experts-Comptables, l’identité numérique professionnelle est dorénavant perçue comme un dispositif d’accompagnement des évolutions de leur métier qui leur permet de concilier productivité et sécurité.