Lex Persona > News > Décryptages > Développer le dialogue pour mieux anticiper les risques
Lex Persona

Développer le dialogue pour mieux anticiper les risques


La dématérialisation à valeur probatoire en général et la signature électronique en particulier ne sont pas des transformations digitales comme les autres. Nos clients ne se contentent pas d’imaginer des processus où la machine remplace le traitement humain, ils vont bien au-delà en intégrant la responsabilité qui est la leur dans l’appréhension des risques inhérents à cette dématérialisation.

Car la connaissance du risque est un élément fondamental de notre écosystème.

Parce qu’une signature apposée de manière électronique sur un contrat commercial, un contrat de travail, une commande ou un achat immobilier, engage immédiatement le signataire, et parce que cette signature est souvent irrévocable et durable, il est indispensable que ceux qui développent des solutions prennent toutes les précautions pour éviter qu’elle puisse être falsifiée.

Si la technologie peut offrir des garanties intrinsèques d’inviolabilité, celle-ci peut se révéler insuffisante si l’on ne prend pas en compte l’intégralité du processus métier dans chacune de ses étapes ainsi que la dimension psychologique des utilisateurs potentiels. Car le risque peut aussi se situer à ce niveau, dans une mauvaise appréciation de l’importance des actions.

Il y a quelques jours, Lex Persona inaugurait un cycle de rencontres, les Lex Dev Talks, au cours desquels nos clients et nos partenaires ont le loisir d’échanger avec nos développeurs. L’idée de ces rencontres est justement de pénétrer au cœur des projets de ceux qui déploient nos technologies afin que nos ingénieurs puissent avoir pleinement connaissance des besoins métiers et d’être en capacité d’intégrer cette dimension de risque dans le développement de nouvelles solutions.

La passation d’un marché public ne se déroule pas comme la signature d’un contrat de travail, l’édition de factures de ventes, la certification d’un diplôme universitaire ou la souscription d’une police d’assurance. Le nombre de personnes impliquées varie considérablement, tout comme leur fonction, leur niveau social ou hiérarchique au sein de l’organisation. Certaines procédures de validation suivent parfois un rituel presque aussi important que la signature qui vient les conclure.

Les équipes de Recherche & Développement ont une vision souvent théorique des besoins des utilisateurs car l’art de conceptualiser un besoin fait partie intégrante de leur savoir-faire. Le dialogue avec les clients a pour objectif de parfaire cette vision en favorisant la prise en compte des besoins informels et des risques non techniques associés aux processus métiers.

C’est pour toutes ces raisons que nous allons organiser ces Lex Dev Talks de manière régulière l’année prochaine et inviter nos clients et nos partenaires à y participer afin de poursuivre ces échanges.

C’est une démarche fondamentale pour nous. C’est d’abord l’opportunité d’améliorer de manière incrémentale la pertinence de nos développements au service de nos clients. C’est également une approche que nous sommes conscients de devoir fournir dans le cadre du déploiement de nos services professionnels. C’est enfin un moyen supplémentaire de déployer la confiance au sein des organisations pour lesquelles nous travaillons, une manière d’illustrer notre slogan « Trust each other.»

2017 sera pour nous l’année de ce dialogue renforcé.

Toute l’équipe de Lex Persona se joint à moi pour vous souhaiter une très bonne année 2017.