Lex Persona

Lex Persona lance Sunnystamp Access CL son nouveau parapheur en ligne pour les Collectivités Locales

Troyes, le 19 novembre 2018

Hélios, marchés publics, contrôle de légalité, délibérations, conventions entreprises, bourses scolaires, circulaires, etc. : la multiplication des procédures administratives dématérialisées impose aux Collectivités Locales de réfléchir à l’adoption d’un parapheur électronique transverse à la collectivité, qui soit à même de simplifier et d’élargir les usages de la signature électronique.

C’est pour répondre à cette attente que Lex Persona lance à l’occasion du Salon des Maires et des Collectivités Locales sa solution Sunnystamp Access CL qui propose aux collectivités locales une solution unique de parapheur électronique, conforme à la réglementation et sécurisé, facile à mettre en place et à utiliser.

Sunnystamp Access CL met la dématérialisation à la portée de toutes les collectivités locales, quelle que soit leur taille, avec la signature électronique des actes d’engagement, des flux Hélios au format PES V2, des délibérations, des conventions, des courriers, etc.

Avec Sunnystamp Access CL, la collectivité dispose d’un parapheur électronique personnalisé à ses couleurs, prêt à l’emploi pour faire valider et signer des documents par les élus, les collaborateurs et même les entreprises et les citoyens !

« Grâce à Sunnystamp Access CL, les collectivités locales peuvent dématérialiser leurs procédures administratives en quelques clics et booster la rentabilité de leurs services par des gains de temps, des économies d’impression et d’affranchissement, le tout en totale conformité avec la réglementation » indique François Devoret, dirigeant et fondateur de Lex Persona.

Télécharger le Communiqué de Presse en cliquant ici.

 

AB-Infotech

AB-Infotech équipe son logiciel de caisse spécialisé « AB-DépôtVente » avec la signature électronique Lex Persona

A compter du 1er janvier 2018, dans le cadre de la loi de finances 2016 et de la lutte contre la fraude à la TVA, l’administration impose aux magasins d’utiliser un logiciel de gestion ou d’un système de caisse « satisfaisant à des conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des données en vue du contrôle de l’administration fiscale, attestées par un certificat délivré par un organisme accrédité dans les conditions prévues à l’article L. 115-28 du code de la consommation ou par une attestation individuelle de l’éditeur… ».

C’est pourquoi AB-Infotech, éditeur de logiciels bordelais depuis 17 ans, équipe son logiciel de caisse spécialisé « AB-DépôtVente » avec la signature électronique et l’horodatage Lex Persona des tickets Z. Cette fonction permet de respecter la condition d’inaltérabilité demandée par la loi. Les autres conditions (sécurisation, conservation et archivage) sont validées par l’impossibilité d’effacer réellement une transaction (achat, vente, remboursement …) et un système de copie du ticket Z, sur un espace de type FTP ou via une solution de sauvegarde par mail.

La solution LP7Command de Lex Persona a été retenue par l’éditeur pour sa simplicité d’installation et d’utilisation. Lors de l’installation du logiciel sur les postes clients, l’outil et le certificat numérique sont mis en place automatiquement. Le temps de paramétrage chez le client est réduit.

A l’avenir, ce type de solution pourra être utilisé dans d’autres logiciels créés par AB-Infotech, en particulier lorsqu’il s’agira de mettre en place des échanges électroniques de documents (devis, factures).

Site Web de AB-Infotech

axYus

axYus, premier intégrateur français de la solution Odisia

La solution Odisia de Lex Persona, dont le lancement officiel a été annoncé le 30 juin 2016, a pour objectif d’améliorer significativement l’expérience utilisateur lors d’une signature électronique, que celle-ci soit effectuée à l’aide d’un certificat sur support cryptographique personnel ou gérée de manière centralisée.

Premier intégrateur français à avoir adopté la technologie Odisia, axYus est un éditeur de logiciels métier sur mesure, spécialisé dans le secteur public et notamment dans le domaine de la formation professionnelle pour le compte de plusieurs régions.

« Grâce à Odisia, nous avons pu non seulement nous débarrasser de la problématique liée à l’arrêt du fonctionnement des applets Java dans les principaux navigateurs Web, mais également faciliter l’usage de la signature électronique en la rendant aussi simple que la validation d’un paiement sur Internet » indique Pascal Heidet, Directeur Associé d’axYus.

Site Web de axYus


Année fiscale 2017 : Retour vers le futur

A l’occasion de l’édition de rentrée de cette newsletter, permettez-nous de déroger quelque peu à la tradition en proposant ce mois-ci non pas un décryptage sur notre vision d’un aspect du marché mais un propos sur l’année fiscale qui s’est clôturée le 31 juillet dernier chez Lex Persona.

Nous sommes heureux d’annoncer une croissance de 30% de notre revenu par rapport à l’année précédente.

Au-delà des chiffres qui sont évidemment un motif de satisfaction pour chacun de nos collaborateurs, cette progression du chiffre d’affaires représente la validation par le marché de notre positionnement stratégique, être à la fois un éditeur de logiciels et un opérateur de services de confiance.

Nous l’avons évoqué lors d’un précédent décryptage, l’un a besoin de l’autre et la cohérence que nous attachons dans le développement simultané de ces deux pans d’activité rencontre l’adhésion de nos clients ainsi que de nos partenaires.

Au cours de cet exercice fiscal, nous avons également lancé de nouvelles solutions qui ont reçu un accueil positif du marché.

Côté solutions logicielles, l’architecture Odisia annoncée le 23 juin 2016 lors d’un séminaire à Paris s’est étoffée cette année avec le développement et le lancement d’Odisia Broker qui permet à une application métier de lui déléguer la signature électronique de documents via une API REST. C’est une étape majeure dans le déploiement de cette offre qui met la signature électronique sécurisée en mode Web à la portée de toutes les applications métiers et qui a d’ores et déjà été adoptée par plusieurs clients et partenaires.

Egalement, la solution SunnysignRem qui permet d’effectuer la signature des remises réglementaires des domaines banque et assurance conformément aux politiques de signature de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) a été adoptée par plus de 500 utilisateurs répartis sur une centaine de mutuelles et de compagnies d’assurances.

Côté services de confiance, notre plate-forme Sunnystamp pour la dématérialisation de tous les échanges à valeur probatoire a vu arriver une version dotée de nouvelles fonctionnalités clés, au nombre desquelles on peut citer la signature en parallèle et l’adoption d’une interface Excel pour le lancement de parapheurs.

Enfin, mentionnons le déploiement grandissant de notre service 2D-Doc, conforme au standard défini par l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) dans le cadre de la lutte contre la fraude documentaire, avec plus d’un million de 2D-Doc apposés sur des bulletins de salaire et des justificatifs de domicile.

Ce retour sur ces quelques informations, marqueurs d’une année féconde et qui dessinent notre futur, vient confirmer la stratégie que nous avons définie et présentée publiquement il y a un an. Nous avons fait ce que nous avions promis de faire et la réaction des acteurs du marché est plus qu’encourageante.

Et ce n’est qu’un début puisque dans quelques semaines nous vous dévoilerons des annonces majeures qui viendront, nous l’espérons, amplifier cette dynamique.

CPICA - Communautés Immobilères

CPICA Communautés Immobilières dématérialise ses registres immobiliers avec Lex Persona

CPICA Communautés Immobilières a retenu Lex Persona pour l’accompagner dans son projet de dématérialisation du registre des mandats.

Depuis le 1er janvier 2006, la réglementation autorise l’agent immobilier à établir et à conserver ses registres et reçus sous forme électronique. Toutes les données figurant sur l’ensemble des registres obligatoires doivent être conservées pendant dix ans dans les conditions prévues aux articles 1316 et suivants du code civil.

Aucune règle spécifique n’est précisée par les textes de loi mais pour pouvoir apporter la preuve du caractère infalsifiable des registres tenus sous forme électronique, à savoir leur authenticité et leur intégrité, la signature électronique est la solution la plus évidente.

C’est ainsi que CPICA Communautés Immobilières a mis en place la certification électronique de ses registres, effectuée à l’aide du logiciel LP7Process et du Web service de signature opéré par Lex Persona qui héberge son certificat, qualifié ETSI 101 456 sur support cryptographique, et qui permet ainsi de réaliser des signatures électroniques qualifiées au sens du règlement européen eIDAS.

CPICA Communautés Immobilières est un réseau d’agents immobiliers indépendants qui propose des conseils, des services et des offres de biens à la vente et à la location.

Site Web : https://communautes-immobilieres.fr

Lex Persona

Vers la multiplicité des identités numériques ?

Les fusions-acquisitions sont très nombreuses et font partie de la grande histoire de la révolution numérique et les Prestataires de Services de Certification Electronique n’échappent pas à l’appel. CertEurope a été racheté par Oodrive, OpenTrust par DocuSign et, tout récemment, Dhimyotis est passé sous le giron de Tessi, un spécialiste du traitement des flux.

Au-delà de la pure logique industrielle, ces rapprochements nous questionnent sur la pérennité des éditeurs de solutions de dématérialisation à valeur probatoire. Peuvent-ils survivre durablement sans être également fournisseurs des identités numériques qui vont être indispensables pour utiliser leurs solutions ?

On aurait pu espérer qu’avec le règlement eIDAS, les cartes d’identités électroniques déployées dans certains pays d’Europe, et les certificats délivrés aux entreprises, les éditeurs de logiciels spécialisés dans la signature électronique auraient pu se contenter de proposer des applications de signature visant à satisfaire l’immense potentiel de cas d’usage que représente la dématérialisation à valeur probatoire.

Et bien il n’en est rien : dans la grande majorité des cas — lorsque ce n’est pas lié au domaine réglementaire —, on demande aux éditeurs de fournir en prime l’identité numérique que le citoyen, l’usager, le consommateur, le client, l’actionnaire, le dirigeant, l’employé, le responsable des achats, va utiliser pour signer.

C’est un enjeu que Lex Persona a anticipé et que nous allons continuer d’adresser. Déjà fournisseur d’identités numériques générées « à la volée » sur sa plate-forme Sunnystamp, Lex Persona va annoncer au cours des mois à venir de nouveaux services en matière d’identités numériques, de manière à satisfaire les besoins sans cesse croissants et diversifiés de ses clients et partenaires.

Mais ce qui semble devenir une tendance du marché pose néanmoins deux enjeux essentiels.

Le premier est évidemment celui de la protection des données personnelles. Le règlement européen sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, qui doit prendre effet le 25 mai 2018, prévoit de nombreuses dispositions qui visent à réguler, responsabiliser et contrôler des acteurs, qui, pour certains, ne sont pas forcément préparés à traiter ces questions.

D’un point de vue macro-économique maintenant, si chaque éditeur de solution promeut ses propres identités numériques, le deuxième enjeu est de se retrouver à terme avec des utilisateurs ayant des multitudes d’identités numériques, aussi nombreuses et diverses que les applications qu’ils utilisent, calibrées pour être alternativement utilisées dans un cadre professionnel ou privé, créant ainsi des risques de confusion lors de l’utilisation et de la vérification de celles-ci.

Encore une fois et comme nous l’avons souvent appelé de nos vœux dans ces décryptages, il est essentiel que la puissance publique prenne ses responsabilités et soit audacieuse non seulement dans la délivrance des identités numériques mais également dans ses relations avec les fournisseurs de solutions et, plus globalement, avec l’ensemble de l’écosystème de la dématérialisation à valeur probatoire.

C’est un enjeu de société majeur qui doit dépasser les intérêts industriels à l’origine des opérations de concentration entre acteurs du secteur.


La dématérialisation fiscale des factures selon Zeendoc

Zeendoc propose une nouvelle solution complète et réglementaire pour la dématérialisation fiscale des factures clients. Cette solution permet en quelques clics et en parfaite conformité avec la législation de traiter et d’envoyer les factures signées avec un archivage à valeur probante chez CDC Arkhinéo.

Zeendoc inclut toutes les fonctions permettant le traitement des factures en lot, le découpage et l’indexation automatique ainsi que la traçabilité des accès par les destinataires. L’enjeu est important : en plus des gains de temps et de productivité, 80% d’économies peuvent être réalisés sur les coûts de gestion et d’envoi des factures clients.

Les factures sont signées au travers du Web service de signature LP7SignBox édité par Lex Persona qui permet de mutualiser et d’industrialiser la production des factures certifiées et horodatées à l’aide d’un cachet RGS 2* sur support cryptographique.

Basée à Ajaccio, SAGES Informatique, éditeur de la solution Zeendoc, met depuis plus de 17 ans, son expérience et son savoir-faire au service de ses clients pour les accompagner dans leur transformation numérique. SAGES Informatique aide les entreprises à mieux valoriser leurs documents et à tirer le meilleur parti de l’information qu’ils contiennent.

La gamme des services, qui va de la sauvegarde de données à la gestion électronique des documents en passant par la numérisation, permet de proposer une offre complète aux entreprises et aux collectivités pour répondre à leurs besoins d’archivage, de recherche d’information et d’optimisation de l’ensemble de leurs processus documentaires.

Site Solution Zeendoc : www.zeendoc.com
Site Sages Informatique : www.sages-informatique.com

 

Odisia Enterprise

Lex Dev Talk #2 : Odisia prend son envol

Odisia, la nouvelle architecture de signature électronique proposée par Lex Persona, voit sa famille s’agrandir de 3 nouveaux membres :
– Odisia Broker, dont la version 1.0 RC 1 est disponible dès aujourd’hui, permet à une application métier de lui déléguer la signature électronique de documents via une API REST ;
– Odisia Desktop, dont une version compatible avec Odisia Broker est d’ores et déjà disponible pour Windows et Mac ;
– Odisia Mobile, dont une première version sera disponible prochainement sous iOS et téléchargeable depuis l’Apple Store.

Odisia Broker a été présenté pour la 1ère fois au Lex Dev Talk #2 qui s’est tenu ce vendredi 30 juin 2017 dans les salons de l’Aéro-Club de France.

3 cas d’usages ont été présentés :

  • Signature de plusieurs documents depuis une application sur PC à l’aide d’un certificat sur support cryptographique USB branché au poste de travail, cas d’usage classique du signataire en entreprise ;
  • Signature de plusieurs documents depuis une application sur smartphone à l’aide d’un certificat sur support cryptographique Carte à puce dans un lecteur bluetooth appareillé au Smartphone, cas d’usage typique du signataire pour lequel un smartphone ou une tablette est son terminal principal ;
  • Signature de plusieurs documents depuis une application sur PC à l’aide d’un certificat sur support cryptographique Carte à puce dans un lecteur bluetooth appareillé au smartphone, grâce à la lecture d’un QR Code qui s’affiche sur l’écran du PC afin de « passer le relai » au Smartphone ; ce dernier cas d’usage est celui du travailleur nomade pour lequel la mobilité et la possibilité de travailler sur PC en mode nomade sont déterminantes.

Enfin, une présentation en temps réel d’un exemple d’intégration de la signature électronique dans une application métier a permis de démontrer aux participants la facilité et la souplesse d’utilisation de l’API REST d’Odisia Broker.