logo-lex-persona

7th Training Lex Persona partners

26 et 27 novembre 2014 : 7th Lex Persona training partners at the Technopole de l’Aube in Champagne in Rosieres Pres Troyes.

Very latest technology, this training is a unique opportunity to acquire skills on key solutions Lex Persona while deepening his knowledge of the principles relating to the creation and verification of electronic signatures in batch mode, client-server and SaaS.

Each participant will receive at the end of the training an external hard drive containing all the Lex Persona software designed for personal use.

An evening is scheduled for Wednesday, November 26 evening all participants.

Lex Persona is an approved training organization, which is why you will also find an agreement that you can sign in duplicate in order to finance training through your OPCA.

Please note places are limited! Thank you kindly complete the registration form and tell us the faster your intention to participate and the number of participants from your organization by writing to formation@lex-persona.com.

Download the PDF document

Lex Persona

Le nouveau visage de Lex Persona est né

Notre croissance s’est accélérée au cours des dernières années (entre 30 et 40% par an) et a entraîné de nombreux changements au sein de l’entreprise : triplement des effectifs en 5 ans, professionnalisation des méthodes de développement, réorganisation des équipes, … Notre raison d’être s’est affinée et s’exprime aujourd’hui comme la mission de proposer à nos utilisateurs des solutions de signature électronique innovantes et fiables, conformes à la réglementation et qui vont contribuer au développement de la dématérialisation à valeur probatoire.
C’est dans cet esprit, conscients du chemin parcouru et des défis que nous voulions relever, que nous avons pris la décision de changer notre logo. Nous nous sommes donc engagés dans démarche qui dépasse de loin les seuls partis pris esthétiques et graphiques pour tenter de traduire visuellement la réalité de notre stratégie.
Deux piliers supportent l’ensemble de nos développements : la réglementation – les lois qui régissent l’identité numérique et la signature électronique – et la nécessaire prise en compte des utilisateurs qui utilisent quotidiennement nos solutions dans différents environnements.
C’est ce dont notre nouveau logo veut être le reflet. Dans sa nouvelle version, “LEX” symbolise l’ancrage dans le droit, la réglementation et “persona” renvoie à l’utilisateur de nos solutions avec toute la souplesse qu’il requiert de notre part. Entre les deux, le X se transforme en trait d’union pour accentuer la relation entre ces deux aspects de notre métier d’éditeur de logiciels.
Nous ne voulions pas nous arrêter là. Il fallait que nous affirmions notre intention aussi clairement que possible.

Cette énergie qui nous porte et nous pousse à mettre toutes nos compétences dans un projet, cette motivation qui représente notre ultime proposition de valeur, ce à quoi nous œuvrons tous les jours au service de nos clients et partenaires, c’est l’objectif que nos solutions permettent aux utilisateurs d’atteindre : se faire confiance les uns aux autres.

La baseline “Trust each other », exprimée en anglais pour marquer notre intention de nous développer à l’international, est la promesse qui accompagnera notre logo dans toutes ses déclinaisons.
Enfin, ce travail de refonte de notre identité visuelle nous a naturellement amené à réfléchir à l’articulation de notre offre de technologies et de services. Celle-ci sera organisée en quatre familles principales : ODISIA, une nouvelle architecture de signature électronique, Sunnystamp, notre solution en mode SaaS, Sunnysign, notre logiciel de signature électronique bureautique et Process, l’ensemble des solutions serveurs.

Encore une fois, ces évolutions sont la traduction de notre stratégie et, nous l’espérons, vous permettront de percevoir notre raison d’être à vos côtés.

Vous pouvez voir ou revoir l’intégralité du séminaire Lex Persona du 23 juin 2016 en visualisant la vidéo ci-dessous :


CERFRANCE Maine-et-Loire dématérialise ses documents RH


Numen et Lex Persona : des métiers complémentaires, une passion commune


Digitech et Lex Persona, une histoire de confiance

En matière de dématérialisation à valeur probatoire, Digitech a choisi de s’appuyer sur les solutions éditées par Lex Persona car elles garantissent la fiabilité technique et juridique des signatures effectuées dans le respect des standards internationaux et leur conformité avec les référentiels de l’administration française.

Digitech s’appuie également sur Lex Persona, en tant qu’opérateur de services, assurant le rôle de tiers de confiance – témoin des transactions et garantissant la conservation des preuves pendant 10 ans.

Après avoir embarqué l’applet LP7Web de Lex Persona dans sa suite logicielle A.I.R.S en tant que parapheur électronique permettant aux utilisateurs de signer les documents et les courriers directement dans les applications, Digitech a intégré le service LP7Mail, service d’horodatage opéré par Lex Persona permettant de dématérialiser l’envoi des convocations aux élus et d’archiver les mails pendant 10 ans.


Actimail dematerialises postal and document fluxes

logo-lex-persona

Nos smartphones contribueront-ils à faire décoller la signature électronique ?

Alors que la dématérialisation gagne chaque jour un peu plus de terrain, le recours à la signature électronique reste à la traîne et ne progresse pas à la même vitesse. Au quotidien, si tout le monde peut comprendre aisément le bénéfice de disposer de ses documents importants en version numérique, sur son ordinateur personnel, les serveurs de son organisation ou sur un cloud public ou privé, de nombreux utilisateurs continuent d’être réticents vis-à-vis de la signature électronique, soit parce qu’ils ne comprennent pas l’importance de disposer d’un certificat électronique personnel fiable, soit parce qu’ils sont dubitatifs pour appréhender la valeur légale procurée par la technologie, soit encore parce que l’acte lui-même est perçu comme complexe à mettre en œuvre.

L’ensemble de ces freins au recours à la signature électronique pourrait bien disparaître avec la prolifération des smartphones et les usages qui en découlent.

Au-delà de devenir indispensables à des millions d’utilisateurs, et même si les derniers chiffres disponibles font état d’une stagnation du marché mondial sans doute due à une maturité qui freine les achats neufs et les renouvellements, les smartphones sont par nature et par destination des outils beaucoup plus fréquemment utilisés pour effectuer des transactions de bout en bout.

Parce que les utilisateurs sont en situation de mobilité sans possibilité d’avoir recours au papier, parce que la taille de l’écran rend l’interface prépondérante, toutes les applications sont conçues avec l’impératif ergonomique de fluidifier des processus entièrement dématérialisés et ce, jusqu’à la signature.

Deux éléments clés du processus de signature électronique favorisent ces développements : l’authentification forte de l’utilisateur et le recueil de son consentement.

Les mécanismes d’authentification du signataire avec son smartphone sont supérieurs à ceux traditionnellement constatés sur un poste de travail : un smartphone n’est que très rarement partagé, et est souvent verrouillé par un code d’accès. Qui plus est, un code de signature envoyé par SMS ou une connexion par mot de passe à une application spécifique peuvent permettre de s’assurer que le smartphone est bien celui associé au signataire.

Du côté du recueil du consentement au moment de la signature du document, le smartphone offre de nombreux atouts : en détachant le consentement de la visualisation du document lui-même, on renforce la vigilance du signataire souvent émoussée par des clics successifs sur des boutons “Suivant” ; de plus l’interface simplifiée offerte par un smartphone et la nécessité de montrer l’essentiel (un montant, une référence de transaction, un nom de fichier, etc.), réduit les risques de détachement de l’utilisateur au profit d’autres informations qui viendraient perturber son attention.

En marge de l’informatique bureautique traditionnelle, le smartphone semble idéalement positionné pour devenir le « compagnon » de prédilection des processus de signature électronique. C’est dans cet esprit que Lex Persona a conçu et développé une toute nouvelle technologie dont nous annoncerons prochainement la disponibilité : ODISIA, pour Open DIgital SIgnature Architecture.

ODISIA introduit un logiciel de signature indépendant. C’est en quelque sorte un “compagnon de signature” qui dialogue avec l’application métier par le biais d’un “broker” de signature qui prend en charge l’identité du signataire à contacter, le format de signature électronique attendu, les documents à signer, le type de certificat exigé, etc. Lex Persona vous donne rendez-vous le jeudi 23 juin 2016 pour vous en dire plus sur le potentiel de l’innovation qui sera commercialisée.

On le voit bien, l’utilisation du smartphone est très prometteuse pour le développement de la signature électronique. Non seulement l’outil lui-même est fait pour ça mais le plus intéressant est que les utilisateurs sont déjà familiarisés avec son utilisation dans un cadre transactionnel. Il n’y a donc plus aucun frein psychologique ou technologique et c’est sans doute la combinaison de ces deux éléments qui manquait aux usages de la signature électronique pour se développer de manière significative.

Photowatt logo

Photowatt dématérialise ses processus achats avec les solutions Lex Persona